Conventions de partenariat…

Pourquoi contractualiser ?

Quel que soit le type de projet concerné, la contractualisation vise à s’assurer que les objectifs du partenariat et les moyens définis sont bien partagés par les différents partenaires. En fixant les règles du jeu entre l’A2E et tout partenaire et en clarifiant des engagements, une contractualisation permet de formaliser les responsabilités de chacun vis-à-vis des bénéficiaires et entre les différents parties.

Dans ce cadre, notre association distingue principalement deux « outils » qui répondent à des objectifs distincts :

– un accord général qui s’inscrit dans la durée. Il présente la dimension stratégique du partenariat. Elle conviendra pour un protocole de collaborations

– un accord plus spécifique voire ponctuel qui précise comment on travaillera ensemble ; il est lié aux objectifs de réalisation du partenariat. On l’appellera convention spécifique.

 

Principales caractéristiques des deux approches…

 

  1. Un protocole de collaboration

Il formalise une volonté morale de travailler ensemble, fixe le cadre général de la relation.

Il couvre la dimension stratégique et institutionnelle du partenariat. Il inscrit le partenariat, dans une tacite reconduction donc dans la durée.

L’A2E propose un protocole devant permettre d’évoluer et ne pas enfermer une relation de partenariat. Notre convention présente chacun des partenaires et le contenu général du partenariat.

 

  1. Une convention spécifique

Notre convention, réfléchie d’un commun accord, peut préciser plus spécifiquement le contenu d’un partenariat, les engagements pris par chacun voire les échéances de réalisations.

Elle couvrirait, dès lors, le champ de l’opérationnel. Elle peut couvrir une action spécifique, ponctuelle et limitée dans le temps. Elle préciserait, par conséquent, les objectifs, les moyens, la méthode, les échéances, les montants, le cas échéant, etc.

Pour être validées par chacune des parties, ces dimensions respectives feraient l’objet de négociations préalables…